Les Flamants au Salar d’Uyuni

IMG_6547_light_bolivie salar

 

Aujourd’hui nous quittons définitivement le Chili et faisons nos premiers pas sur le sol bolivien. Papa Flamant a déjà bravé cet itinéraire 18 ans auparavant avec des souvenirs encore plein la tête (dont les fameux flamants roses!)

A nous, l‘aventure et la découverte à 4!

 

 

 

 

7h précises, nous sommes attendus par notre minibus fourni de compatriotes et autres nationalités pour rejoindre la frontière. En attendant le tampon de sortie du Chili, nous reluquons le vendeur malin qui a installé là son combo transformé et ses jus, cafés et pains au chocolat alléchant! Nous avions entendu parler du boulanger français de San Pedro mais sans jamais avoir pu goûter à ses miches! Nous craquons pour les pains au chocolat et c’est une tuerie! Les meilleurs du Tour du Monde, validé par tous les flamants! Nous en prendrons même un 2ème pour s’en assurer! Ils déchirent!

IMG_6021_light_chili san pedro de atacama IMG_6024_light_chili san pedro de atacama IMG_6025_light_chili san pedro de atacama IMG_6023_light_chili san pedro de atacama

 

 

 

 

 

 

Après une petite demi-heure, nous gagnons une cahute au milieu de nulle part dont le drapeau flamboyant nous fait comprendre que nous changeons de territoire. Le vent cinglant est déjà au rendez-vous. Apres un beau coup de tampon, nous nous cachons à l’abri du camion pour prendre un petit dej consistant, puis c’est l’embarcation. Nelson sera notre chauffeur guide pour ces 3 jours et Nous partagerons le convoi avec Karina et Niels un jeune couple de hollandais. La voiture de Nelson est impeccable, les Mini-Flamants sont ébahis devant le tapis du tableau de bord: c’est une voiture de luxe quand même!

Quelques sacs avec nous, les 12 litres d’eau obligatoires et les gros bagages sur le toit, c’est parti!

IMG_6029_light_bolivie salar IMG_6027_light_bolivie salar IMG_6030_light_bolivie salar IMG_6031_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Premier stop: la guérite du parc national que nous allons fouler ces prochains jours et en plus des tickets, un petit topo sur les différentes familles de Flamants Roses. Non, loin de là, les premières lagunes colorées s’offrent en spectacle! Les différents minéraux leurs donnent à chacune des teintes incroyables. Nous y trouvons du Borax (qui sert à l’émail), de l’arsenic, des composants de la craie, des micro-organismes…

IMG_6046_light_bolivie salar IMG_6051_light_bolivie salar IMG_6054_light_bolivie salar IMG_6059_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Petits stops photos puis nous repartons pour la suite du programme: Rochers de Dalí (Dalí n’est jamais venu ici mais la composition et les couleurs rappellent étrangement quelques-unes de ses peintures), baignade dans une source d’eau chaude (le soleil donne mais l’air est tout de même frais. Le plus dur sera de se déshabiller et surtout se rhabiller par 9°C, sinon la baignade dans l’eau à 38°C, ça le fait bien!!

IMG_6061_light_bolivie salarIMG_6062_light_bolivie salar IMG_6066_light_bolivie salar

IMG_6072_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6068_light_bolivie salarIMG_6069_light_bolivie salar DSCN2375_light_bolivie salar DSCN2370_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Puis enfin quelques geysers, de souffre principalement, culminant toujours au milieu de ce nulle part à 4930m. L’altitude ne semble poser aucun problème à personne. C’est cool! Les sites sont fantastiques, entre il n’y a pas grand-chose. C’est incroyable de changer de décor en si peu de temps. Nous avions attribué cette qualité à la Nouvelle Zélande mais l’Amérique du Sud nous bluffe. Les routes sont des pistes tracées par les 4×4 eux-mêmes. Il est parfois impressionnant de savoir comment ils s’y retrouvent.

IMG_6078_light_bolivie salar IMG_6075_light_bolivie salar IMG_6073_light_bolivie salar IMG_6074_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6079_light_bolivie salar IMG_6081_light_bolivie salar IMG_6083_light_bolivie salar

IMG_6087_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6089_light_bolivie salar IMG_6088_light_bolivie salar IMG_6091_light_bolivie salar IMG_6096_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Nous déjeunerons dans l’hospedaje/refuge où nous passerons notre première nuit. Ici, c’est le désert et nous sommes à 4600m. Les habitants de ce mini-village vivent dans des conditions plutôt dures. Il ne fait pas chaud et le vent n’aide pas; heureusement le soleil réchauffe un peu durant la journée. Il n’y a quasi pas d’eau courante et elle est conservée pour les habitants. L’électricité est fournie par générateur seulement à la tombée de la nuit pour quelques heures. Il fait déjà cru dans la salle à manger et nous serons ravis de nous rassasié en purée/saucisse! C’est que ça creuse l’altitude! Les Mini-Flamants trouveront vite des nouveaux copains avec qui taper dans la balle. Alex, Benjamin, Edwin, les noms sonnent moins espagnols soudainement.

IMG_6104_light_bolivie salar IMG_6099_light_bolivie salar IMG_6116_light_bolivie salar

IMG_6115_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6112_light_bolivie salar IMG_6110_light_bolivie salar IMG_6111_light_bolivie salar IMG_6114_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Nous reprenons la route pour aller admirer la dernière merveille de la journée: la Laguna Colorada! Ici, grosse déception! Devant cette merveilleuse étendue d’eau rosée, les centaines de flamants roses nous manquent! 5 joyeux lurons se feront discrets dans la distance et quelques autres morts au bord du lac nous donnerons raison d’avoir espéré. Malheureusement, nous arrivons en hiver et leur migration a déjà commencé! Nous serons récompensés par quelques lamas joliment ornés avec leurs petits. Leurs épaisses chevelures les tiennent bien au chaud, le soleil se couche et la température descend.

IMG_6122_light_bolivie salar IMG_6126_light_bolivie salar IMG_6133_light_bolivie salar IMG_6125_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6137_light_bolivie salar IMG_6142_light_bolivie salar IMG_6146_light_bolivie salar IMG_6155_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6159_light_bolivie salar IMG_6160_light_bolivie salar IMG_6163_light_bolivie salar IMG_6165_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

De retour à l’hospedaje, nous commençons à nous organiser pour la nuit qui s’annonce … Fraîche! Nos sympathiques hollandais nous prêtent un sac de couchage, nous en louons deux autres, échangeons et accumulons les couvertures avant d’aller nous « réchauffer » près du poêle pour dîner! Nous tentons uns sortie extérieur pour admirer la voute céleste absolument incroyable. Mini-Flamant reconnaîtra Mars, Jupiter … Nous pleurons notre soirée à l’observatoire! Mais il fait -20°C donc nous finirons de pleurer à l’intérieur! A 20h30, tout le monde est au lit, avec bonnet, pull en mérinos, dessous de ski, chaussettes épaisses. Le générateur se coupe et nous voilà partis pour une nuit au frais en chambre froide !! Tout se passera pour le mieux. Maman Flamant découvrira qu’après les pieds, elle peut avoir froid aux genoux et franchement, elle ne sait pas ce qui est le mieux. Notre Mini-Flamant nous fera une nuit très agitée. Pas forcément facile de sortir de son terrier épais pour aller le réconforter, le faire boire, le remettre dans ses draps pour ne pas qu’il perde un pied… Mais au final, le petit matin arrive. Dur, dur de sortir des couvertures mais nous nous ressaisissons devant un petit dej avec des restes de Nutella congelés et nous allons nous réchauffer à l’extérieur: il fait -4°C!!

IMG_6167_light_bolivie salar IMG_6166_light_bolivie salar IMG_6171_light_bolivie salar IMG_6170_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6173_light_bolivie salar IMG_6172_light_bolivie salar

Photo 27-05-2016 07 03 27_light_bolivie salar Photo 27-05-2016 07 03 08_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6175_light_bolivie salar IMG_6177_light_bolivie salar IMG_6180_light_bolivie salar

IMG_6182_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6178_light_bolivie salar

IMG_6185_light_bolivie salar IMG_6189_light_bolivie salar IMG_6188_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

L’équipe au complet, nous repartons pour ces merveilles de la nature. Le vent a poli toutes sortes de pierres volcaniques pour en faire de drôle de sculptures, comme l’arbre de Pierre.

IMG_6192_light_bolivie salar IMG_6194_light_bolivie salar IMG_6195_light_bolivie salar IMG_6206_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6214_light_bolivie salar IMG_6220_light_bolivie salar IMG_6221_light_bolivie salar IMG_6224_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Un peu plus loin, des autres lagunes dont une avec un petit groupe de flamants un peu à la bourre dans leur migration. Nous échangeons nos objectifs pour avoir de plus gros zooms et nous immortalisons le moment!! Jututu, Chiruru ou Tokoko, nous aurons du mal à les nommer mais nous sommes sont heureux d’avoir pu enfin voir quelques cousins!

IMG_6226_light_bolivie salar IMG_6228_light_bolivie salar IMG_6229_light_bolivie salar IMG_6233_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6242_light_bolivie salar new IMG_6259_light_bolivie salar new IMG_6260_light_bolivie salar new IMG_6263_light_bolivie salar new

 

 

 

 

 

 

Nous admirons les changements de sol tantôt sableux, tantôt rocailleux. En redescendant un peu, nous rencontrerons petits à petits des exploitations agricoles sur des terrains peu accessibles: pomme de terre, quinoa.

IMG_6268_light_bolivie salarIMG_6269_light_bolivie salarIMG_6281_light_bolivie salarIMG_6278_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6265_light_bolivie salarIMG_6310_light_bolivie salar

IMG_6312_light_bolivie salar IMG_6313_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Nelson, qui avait une exploitation de quinoa auparavant va nous expliquer cette culture très répandu ici et au Pérou. Il en existe plusieurs sortes: Blanc, noir, rouge. C’est le blanc le plus précieux. Les autres servent pour plus pour les farines. Plutôt robuste comme plante, elle n’a besoin de beaucoup d’eau et se reproduit très facilement. Les graines sont des grappes de fleurs. Elles se détachent manuellement ou par pression mécanique.

IMG_6376_light_bolivie salar IMG_6374_light_bolivie salarIMG_6371_light_bolivie salar IMG_6368_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6370_light_bolivie salar IMG_6369_light_bolivie salar IMG_6372_light_bolivie salar IMG_6373_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Les champs sont entourés de petites maisons de torchis où les propriétaires viennent habiter pendant la pousse jusqu’à la récolte pour ne pas se les faire manger par les lamas… Au village, c’est la fête! On y célèbre les mamans et pour l’occasion, elles s’affrontent dans des matchs de basket endiablés!! Tout le village est présent! Papa Flamant a même fait quelques connaissances de taille!

IMG_6321_light_bolivie salar IMG_6320_light_bolivie salarIMG_6322_light_bolivie salarIMG_6319_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6318_light_bolivie salar IMG_6325_light_bolivie salar IMG_6323_light_bolivie salar IMG_6324_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Plus nous descendons plus nous retrouvons du vert, de la faune et de l’eau. Au contraire des pauvres vigognes qui avaient du mal à se trouver un bout de buisson jaune dans les hauteurs, ici émeus, lamas, flamants, sorte de canards… se délectent de bonnes herbes vertes.

IMG_6287_light_bolivie salar IMG_6304_light_bolivie salar IMG_6305_light_bolivie salar IMG_6307_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Le village dans lequel nous nous arrêtons pour déjeuner semble quasi fantôme pourtant au détour des maisons, des cours et des rues quelques habitants passent leurs chemins avec rapidité. Les femmes en costumes traditionnels longent les murs et font même des détours quand elles nous voient passer avec nos gros objectifs. Les maisons sont basses. Tellement basses que Maman Flamant ne passerait pas par la porte. Les devantures sont décorées de fer à cheval et de papillons pour y apporter la chance. Les peintures bleues des fenêtres leurs donnent des effets de maisons de poupées.

IMG_6288_light_bolivie salar IMG_6289_light_bolivie salar IMG_6291_light_bolivie salar IMG_6293_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6294_light_bolivie salar IMG_6296_light_bolivie salar IMG_6292_light_bolivie salar IMG_6299_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Le prochain village que nous traversons sera lui quasi déserté pour une autre raison. La gare n’a plus la même activité depuis que le Salar s’assèche et permette aux habitants des îles du Salar d’aller en voiture à Uyuni chercher des vivres alors qu’avant, ils rejoignaient la gare en âne! La route de chemin de fer est toujours ouverte mais quelques trains sont déjà remisés sur le bas-côté où Papa Flamant et Mini-Flamant se feront une belle séance de photo. Maman Flamant est au chaud dans la voiture avec sa Mini-Flamante endormie sur les genoux.

IMG_6326_light_bolivie salar IMG_6334_light_bolivie salar IMG_6338_light_bolivie salar IMG_6340_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6349_light_bolivie salar IMG_6346_light_bolivie salarIMG_6348_light_bolivie salar IMG_6345_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6358_light_bolivie salar IMG_6359_light_bolivie salar IMG_6363_light_bolivie salar IMG_6366_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

En fin de journée, nous gagnons notre hôtel de sel! Tout est en sel du sol au plafond dans les chambres. Nous nous réchauffons d’un bon thé et nos Mini-Flamants se feront une nouvelle fois très vite des amis. La salle de bains nous offre une bonne douche chaude (enfin quand ça marche) et nous profiterons de belles couleurs du coucher du soleil. Les Mini-Flamants s’initieront à un nouveau jeu avec des canadiens avant de regagner nos pénates assez tôt car nous nous levons à 4h le lendemain.

Photo 27-05-2016 14 42 33_light_bolivie salar Photo 27-05-2016 14 42 09_light_bolivie salar Photo 27-05-2016 14 40 10_light_bolivie salar IMG_6388_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6383_light_bolivie salar IMG_6385_light_bolivie salar IMG_6389_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

La nuit sera fraîche mais délicieuse, Maman Flamant n’aura même pas besoin de son bonnet et son pull! Forcément après la nuit précédente, c’était facile. Toujours un petit -4°C au réveil mais les Mini-Flamants seront de vrais champions en étant les premiers dans la voiture! Nous détalons dans la nuit noire à travers le Salar pour rejoindre l’île des cactus. Perdue au milieu de cette immensité blanche (nous le verrons après bien-sûr!), cette île est truffée de cactus énormes! Les diamètres dépassent tout ce que nous avons vu jusqu’à présent! (Et nous en avons tâté du cactus!). Nous nous aventurons en haut de l’île dans la pénombre et nous assistons doucement au lever du soleil! Désert de sel à perte de vue, quelques montagnes au loin qui attrapent les premières couleurs. Les premiers rayons dorent les cactus et nous réchauffent le bout des doigts. C’est magnifique! Nous avons envie de faire plein de photos, nous faisons plein de photos mais il est difficile de rendre justice à ces moments tenus en suspens en plein silence.

IMG_6396_light_bolivie salar IMG_6399_light_bolivie salar IMG_6405_light_bolivie salar IMG_6412_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6422_light_bolivie salar IMG_6425_light_bolivie salar IMG_6429_light_bolivie salar IMG_6430_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6434_light_bolivie salar IMG_6435_light_bolivie salar IMG_6439_light_bolivie salar IMG_6446_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6448_light_bolivie salar IMG_6453_light_bolivie salar IMG_6461_light_bolivie salar IMG_6463_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Les Mini-Flamants capitulent, ils prendront leurs chocolats chauds dans la voiture et ne ressortiront que par l’appel de leur estomac. Petit dej à la fraîche. Nous ne sommes pas tout seuls!

IMG_6452_light_bolivie salar IMG_6466_light_bolivie salar IMG_6471_light_bolivie salar IMG_6477_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Puis s’en suit la traversée du Salar. Moment tant attendu qui passera 10000 fois trop vite! Nous voulons absorber, sentir l’immensité et juste profiter mais la complexité des photos rigolotes, la pression de réussir au moins une jolie photo l’emportera et me laissera un peu frustrée!

IMG_6521_light_bolivie salar IMG_6522_light_bolivie salar

 

Attention, nous en avons profité quand même! Allongés par terre, position extrême, études de toutes les cavités par les Mini-Flamants, nous resterons presque 2h à faire les pitres et à palper du sel!

 

 

 

Mais nous ne masterisons pas encore les photos truqués!! Voici nos plus belles!

IMG_6475_light_bolivie salar IMG_6488_light_bolivie salar IMG_6491_light_bolivie salar IMG_6493_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6502_light_bolivie salar IMG_6511_light_bolivie salar IMG_6517_light_bolivie salar

IMG_6546_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6562_light_bolivie salar IMG_6576_light_bolivie salar IMG_6589_light_bolivie salar IMG_6586_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Quand il faut déjà partir, nous avons les boules! Nous voudrions rester encore et encore! Nous partons sur les traces du Paris-Dakar qui se termine maintenant en plein centre du Salar puis nous rejoignons Colchani un petit village qui vit d’artisanat et des salines. Une brève explication nous sera donnée sur le traitement du sel jusqu’à son emballage: séchage, mélange avec de l’iode, empaquetage…

IMG_6596_light_bolivie salar IMG_6598_light_bolivie salar IMG_6599_light_bolivie salar IMG_6600_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6601_light_bolivie salarIMG_6603_light_bolivie salar IMG_6610_light_bolivie salar IMG_6609_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Notre dernière destination après le déjeuner sera le cimetière des trains. La récolte des minerais des vallées alentours transitait par train jusqu’au au port Chilien pour regagner l’Espagne. La légende raconte que les espagnols qui considéraient ces minerais comme les leurs ne payaient pas pour l’exploitation. L’extraction d’argent essentiellement était extrêmement dur et de plus en plus dangereuse à tel point que les boliviens disent qu’un pont avec l’Espagne aurait pu être dressé avec les os des mineurs qui y ont laissé leur vie. Aujourd’hui, cette ligne de chemin fer est abandonnée avec ses wagons et locomotives. Bien trop lourd à déplacer. Malgré l’histoire tragique, ces trains rouillés nous transportent dans un décor assez improbable où les enfants passeront un temps fou à escalader, ramper, sauter…

IMG_6612_light_bolivie salar IMG_6611_light_bolivie salar IMG_6646_light_bolivie salar IMG_6617_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6627_light_bolivie salar IMG_6616_light_bolivie salar IMG_6640_light_bolivie salarIMG_6642_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

IMG_6632_light_bolivie salar IMG_6649_light_bolivie salar

IMG_6664_light_bolivie salar

IMG_6658_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Il est temps alors d’arriver sur Uyuni et de laisser Nelson. Nous prenons nos billets de bus directement pour Sucre et nos amis pour La Paz. Notre départ n’est pas avant 22h et même si nous sommes un peu kaputs, nous essayerons de faire un petit tour dans Uyuni avant de trouver refuge dans un bar restaurant où nous patienterons en tournois de Uno, boissons et grandes pizzas avec nos hollandais.

IMG_6672_light_bolivie salar IMG_6673_light_bolivie salar IMG_6674_light_bolivie salar

 

 

 

 

 

 

Les dernières heures d’attente sont froides et interminables. Quand nous rejoignons le bus, nous sommes claqués. Nous attestons tout de suite du changement de confort par rapport au Chili et à l’Argentine (ce n’est pas le même prix non plus) et nous comprenons rapidement pourquoi tout le monde apporte sa couverture, ses multi-couches et son poncho. Il fait un froid de canard! Nous empilons tout ce que nous avons jusqu’aux bonnets et aux gants avant d’essayer de piquer du nez.

Photo 29-05-2016 03 49 07_light_bolivie sucre Photo 29-05-2016 03 49 17_light_bolivie sucre

Les Mini-Flamants s’endormiront avant même que le bus démarre. Un peu plus dur pour les Maxi-Flamants mais nous arriverons à dormir un peu en regardant un bout de Titanic! Le ciel à l’extérieur est sublime et la lune est coupée à l’horizontale, ce qui n’est pas fréquent chez nous. Nous passerons par Potosi, la ville la plus haute du monde avant d’arriver à 5h du mat à Sucre et d’essayer de terminer notre nuit dans le terminal de bus.

 

 

IMG_6670_light_bolivie salar

Ecrire un commentaire: